Le 1er décembre s’est tenu le dernier midi littéraire de l’année 2017. Il avait pour thème « Comment traduire les textes bouddhistes » et était animé par Jin Siyan, directrice de l’Institut Confucius d’Arras et professeure à l’Université d’Artois. La séance était précédée d’un atelier de traduction au cours duquel l’intervenante a exposé les difficultés de la traduction de textes bouddhistes.

 

La conférence a débuté avec une courte présentation de Jin Siyan par Vanessa Frangville, directrice de l’Institut Confucius de l’ULB. La parole a ensuite été donnée à l’intervenante, qui a discuté de la traduction des textes bouddhistes en chinois. Elle a également évoqué l’influence de la langue bouddhique sur le chinois moderne et sa place dans l’enseignement du chinois classique. La séance s’est conclue sur une session de Questions/Réponses où les participants ont discuté plus amplement de l’intérêt de l’enseignement du chinois classique aujourd’hui.